Charmante charbon des bois

Charmante Charbon des Bois

 

 

 

 

 

 

Histoire de Charmante Charbon des Bois

 

 

Charmante Charbon des Bois est une chatte noire connue pour bien aimer la compagnie des humains et celle des artistes. On dit même qu’elle séjourna dans l’atelier de Giotto, Raphaël, Leonardo, Uccello, Goya, Rembrandt, et dans bien d’autres lieux depuis la Renaissance et même le haut et le bas moyen-âge où elle vécut souvent sur les chantiers des cathédrales et d’autres lieux sacrés, se réchauffant opportunément certains hivers près des moines et leurs livres d’enluminure ou dans un atelier de tissage plus au Nord.

Son pelage est d’un noir profond, on oserait dire comme les tableaux « outre noire » du peintre Soulages ou comme du charbon.

 

Elle effectua de longs voyages à travers les forêts, des vallées inconnues, des villes et villages. Lecteur, ne sois pas surpris de cette histoire, les chats ont neuf vies sans compter leurs vies secrètes. Charbon...des Bois, auprès des forges et des volcans.

Elle disparut parfois avec les rivières du midi entre les pierres blanches et leur lit asséché, et réapparut au bord de la mer à l’est, au sud de la mer méditerranée en pleine lumière, fière et belle, portant une sorte d’espoir et d’enchantement.

 

Charmante Charbon des Bois vit actuellement parmi les collines de chênes et châtaigniers*, entourée de châteaux et villages anciens, au sud du Jura, près des grandes plaines et des vallées qui conduisent aux grandes villes de France et d’Italie ou même au nord vers l’Alsace et l’Allemagne, Paris et la Belgique. Elle continue avec enthousiasme un long voyage parfois dangereux.

Le récit de sa, ou de ses vies en effraierait certains et éclairerait tant d’autres dit-on.

La première fois que son existence est connue, Charbon vit dans un fort médiéval dans le sud-ouest de l’actuelle France. Elle accompagne une troupe de baladins dans le Périgord envahi par les Anglais. C’est ainsi qu’elle apprit à jongler, à faire des acrobaties et à connaître les humains, à répondre à leurs ruses et vilenies, à leurs besoins de tendresse et de douceur, à leur façon de vivre confortable, par ses propres ruses et aptitudes au bien-être et à la compagnie. On dit aussi que ses ancêtre lointains vécurent en Egypte comme des dieux, au bien- être et à la compagnie. On dit aussi que ses ancêtres lointains vécurent en Egypte comme des dieux, mais le sait-elle ? Deux mille ans auront passé, mais il lui semble alors qu’elle-même commence à peine. Charmante partit dans les bois pendant plusieurs décennies, peut-être la vit-on dans les campagnes sans savoir qui elle était ?

Elle est cousine du Chat Botté qui prit soin d’elle autant que possible.

Hélas, comme elle est noire, on disait à certaines époques qu’elle portait malheur, comme une sorcière, et elle fut persécutée et se cacha dans les forêts profondes avec les hommes de misère, les gueux, les malheureux, les innocents et les brigands. Robin des bois et ses compagnons ont été ses amis et protecteurs. Robin est comme son frère selon certains, son cousin germain selon d’autres et même son mari pour des historiens un brin fantaisistes. Mandrin était trop préoccupé pour la côtoyer.

On dit aussi qu’elle se fondait parfois dans la verdure près des rivières et disparaissait le soir parmi les buissons et les taillis qui entouraient les eaux sombres comme des tunnels ou des tourbillons temporels qui l’auraient faite voyager à travers l’espace et le temps de Londres à Paris, à Rome et Venise et même avec Marco Polo ou Vasco de Gama jusqu’en Inde et en Chine où elle eut beaucoup d’amis. Inde parfumée, magique, respectueuse, religieuse, souriante, où la pauvreté était égale, semblait-il, parmi ceux de la rue. L’Inde semblait immobile pour une chatte ayant parfois besoin de repos. C’est en Chine que son intelligence et son habileté était mise en valeur comme nulle part, à la cour des princes, chez les grands marchands.

En Afghanistan, les voyages à travers les montagnes et les déserts étaient durs et harassants mais les tribus nomades étaient habitées d’une exigence et d’un respect qui en font un souvenir très heureux. L’Iran aux mosquées bleues et aux jardins magiques l’accueillit pour plusieurs générations. Charbon dormait dans les souks, amie des marchands, chasseuse de souris et mulots, aimant les magnifiques tapis pour y dormir et s’y prélasser. Elle restait souvent sur les toits terrasses des maisons, ouverte à toutes les rencontres. C’est à Ispahan qu’elle rencontra Sinbad le marin. 

 

________________________________________________ 

*Son village un peu secret se nomme l’Abergement de Varey.  

 

Plus tard, le Shah d’Iran son cousin lui fit de magnifiques cadeaux.

Elle adora Constantinople et ses richesses humaines, ses marchés et sa vie tumultueuse. Elle adorait les soirs d’été près du Bosphore avec sa petite maîtresse Mina, unique douceur et bonté à jamais inspirée, comme un parfum permanent pour sa vie nomade et rude. On pense que Mina n’est autre que Schéhérazade, dont Sinbad lui avait tant parlé ou, qui sait, la petite soeur de Schéhérazade, celle à qui les histoires initiatiques étaient racontées et qui en aurait subtilement tiré profit ?

A Venise, les aventuriers lui demandaient des oracles et son succès au bal masqué était tel qu’elle devait se déguiser en....chat de gouttière pour qu’on la laisse. Une ou deux fois Mina pu la sauver et l’emporter avec elle.

Une nuit, elle partit sur un bateau jusqu’à Trieste où elle s’installa comme écrivain pendant quelques années. Elle habitait sur le port, c’était magnifique. Elle était devin.

 

Charmante aimait la lumière, le soleil et souffrait parfois des ciels gris et pluvieux du nord et de leurs longs hivers. Elle s’échappait vers la méditerranée et flânait parfois tout l’hiver et le printemps dans les ruelles fraîches, et encore sur les terrasses des maisons. Les enfants, les garçons, les fillettes la cajolaient et la protégeaient toujours des adultes trop souvent inquiets et sans générosité envers elle. Charmante fut espionne auprès des califes de Bagdad, curieux d’en savoir plus sur les croisés et leurs folles et barbares reconquêtes.

Charmante séduit des ambassadeurs, des écrivains et des musiciens, des poètes, des bohémiens, des chanteurs, des entrepreneurs, des marchands, des vagabonds, mais elle court aussi et s’échappe.

En ville, elle n’aimait pas les appartements clos et leur atmosphère confinée, mais elle aimait les maisons et leurs toitures, les ruelles, les enfants, les amis mais, parfois, on lui lançait des pierres. En général, le sud lui était en effet plus favorable. La chatte adorait ses villages en été, les soirées où tout le monde est devant sa porte et chacun va et vient d’un bout à l’autre de la « grande rue ». En fin de soirée, elle s’installait dans un grenier et écoutait le village s’endormir doucement, les voix s’éteindre, les conversations ralentir, les amoureux gémir et s’endormir enfin.

Elle fit de même à Corfou lors d’une incursion en Grèce inoubliable inondée lumineuse. Elle se dit que dans une autre vie, ma fois, la Grèce...

Charmante à la campagne au milieu des forêts plus au nord retrouve un peu de calme choyée par son bon maître un bûcheron un peu sombre qu’on appelait Bucq. Elle dort sur son matelas, son édredon épais à la lueur des flammes qui l’intrigueront toujours.

Bucq fabrique les soirs d’hiver des bonshommes avec des petits cubes de bois comme d’autres ont fait des santons de Provence.

Charmante fréquenta aussi les rois et les reines pour leur culture et leur vie raffinée, mais quand elle percevait des abus d’autorité, des esprits limités et arrogants, ou encore leurs caprices démesurés, elle se sauvait et retournait dans les campagnes. Parfois elle mettait le feu à leur demeure imméritée.

Elle retrouva Mina plusieurs fois, à Constantinople, mais aussi à Londres dans sa grande maison, à Paris sur les quais de la rive gauche de la Seine, avec une grande baie vitrée, seule habitation d’où elle acceptait de ne pas sortir.

Au 20ème siècle Charmante craint de perdre un peu de sa magie et de sa jeunesse et chercha refuge tantôt à la campagne en Provence, où elle avait des amis écrivains, tantôt en ville avec Mina, qui s’occupa de la nourrir, la protéger la cacher pendant les terribles guerres et barbaries massives.

Charmante cherche au 21ème siècle un lieu tranquille et songea un moment à se retirer du monde. Elle pense pourtant aller en Afrique et en Amérique, elle cherche encore dirait-on un sens à la vie, elle observe et communique doucement et, telle le marchand Sinbad, à chaque fois qu’elle voudrait se retirer une nouvelle aventure l’emporte en mer ou sur terre.

Charmante Charbon des Bois, Charmeuse Chardon des Buis reste enchantée par un bouchon suspendu à une ficelle, par les pas rapides d’une enfant, et c’est pour ça qu’on l’aime. 

                                                                                                                            M. P.